L'Education Environnementale en Mauritanie; l'expérience dans une aire protégée : le Parc National du Diawling

La Mauritanie, désertique à 70%, est confrontée à de graves crises environnementales depuis plusieurs décennies. La désertification, la diminution des ressources forestières et hydriques constituent les principaux enjeux et défis auxquels ce pays saharien de l’Afrique de l’Ouest de moins de trois millions d’habitants, fait face. Face à des conditions naturelles difficiles, il convient de se mobiliser afin de soustraire les populations des impacts de la conjoncture naturelle. Aménagements hydroagricoles, reboisements,… sont autant d’activités dont la Mauritanie se déploie depuis des années. Mais face à une population gangrenée par l’analphabétisme et quelque fois peu informée et peu consciente des phénomènes naturels, des programmes d’éducation environnementale constituent un moyen d’impliquer les populations, surtout celles vivant dans le milieu rural, dans la gestion des ressources et la préservation de l’environnement. La question est d’autant plus cruciale que les pratiques locales sont parfois sources de dégradation de l’environnement. L’expérience a touché l’enseignement formel (enseignement fondamental et supérieur) mais aussi la société civile (enseignement religieux et quelques pratiques locales porteuses).

Le Parc National du Diawling, constitue un véritable laboratoire en matière d’éducation environnementale. Mais face à une population dont la majorité est analphabète, le combat semble difficile. Le soutien de l’Union Mondiale pour la Nature (UICN) dans ce domaine est capital. Les autorités du Parc s’activent afin d’inculquer une certaine culture environnementale à ces populations rurales.

Ce n’est qu’à travers le renforcement et la généralisation de l’éducation environnementale que la Mauritanie sortira vainqueur de ce combat qu’elle mène depuis bientôt quatre décennies.